Accompagnements spécifiques

Practicability

sept-dec 2019

© Laurent Paillier /

« Practicability », que l’on peut traduire par « Faisabilité », est le terme que William Turner utilisait, lors de ses conférences, pour expliquer le processus d’effacement d’une partie de ses tableaux pour le recommencer à nouveau. Il utilisait du blanc qu’il recouvrait bientôt de couches d’autres couleurs.

Le terme turnérien de faisabilité m’interpelle dans le sens où il ouvre, loin de l’idée habituelle du repentir et de la perte, à la fois sur la non inscription définitive, sur les champs libres et sur la superposition de couches. Ainsi face à ces champs libres, se pose la question de l’inscription mémorielle. Jusqu’où les mémoires personnelles ou historiques s’inscrivent elles dans nos corps, nos esprits et s’effacent-elles ? Jusqu’où les objets du quotidien jouent-ils un rôle d’ancrage de la mémoire et peuvent-ils permettre le mouvement libre ?

La pièce chorégraphique joue sur les contrastes : calmes et saturations, lenteur, simplicité et combinatoires complexes, citations chorégraphiques et inventions gestuelles.

Ainsi au sein même de la partition chorégraphique de la pièce, se trouvent des mouvements caractéristiques de chorégraphes, -des citations-, tels que des sauts d’Isadora Duncan, des mouvements de mains de Maurice Béjart et ceux du Faune de Vaslav Nijinski, quelques combinatoires de Merce Cunningham et d’autres chorégraphes. C’est dans cette optique que j’ai décidé d’introduire l’intégralité de Water study d’Isadora Duncan, transformé par une lenteur extrême. Cette danse, comme une grande citation, est interprétée par Elisabeth Schwartz.

La composition chorégraphique s’appuie sur les directions de la kinesphère de Rudolf Laban mais démultipliées dans l’espace. Elle fait appel, à la fois, à la dissociation et aux jeux de contamination gestuelle des danseuses entre elles.

Au commencement de la pièce, Practicability est construit selon le processus de composition instantanée, sur une partition temporelle définie qui permet de « voguer » sur la musique de John Cage First construction in metal.

Aussi les danseuses, dans un premier temps, tendent à faire jaillir une musicalité d’ensemble par des états de corps et des gestuelles partagés, puis, dans un deuxième temps, progressivement par leur qualité kinesthésique propre à chacune d’elles, elles créent des divergences. Se déploie un paysage chorégraphique en constante évolution.

Un lacis de couches sonores et chorégraphiques se met en place.

Le parti-pris de la musique est celui de la saturation. C’est pour cela que j’ai fait appel à une composition musicale: reggaeton, folklore chilien, musique expérimentale et musique électronique… Cette saturation musicale donne à entendre une recomposition sonore dont la dimension parfois pléthorique peut imposer le retour au silence.

Ce paysage chorégraphique bien que très composé, par ses saturations, convoque la vision d’un chaos. Les lignes de tensions spatiales entre les danseuses tendent à se dilater. Mais elles engendrent un affinement perceptif de l’espace et du temps.

C’est pourquoi au sein de ce chaos, l’imaginaire d’un rituel est convoqué. Les objets accumulés dans l’espace et appartenant à différents temps, sont manipulés. Des actions qui règlent notre quotidien, telles que manger, se vêtir, sont présentes. Et pourtant rien ne freine les mouvements des danseuses, ni n’arrête leur circulation permanente dans l’espace.

Faisabilité, ce terme signifie que nous pouvons agir, tomber, écouter, recommencer, résonner avec le monde, chuter, effacer, se faire l’écho… Cette insistance traduit nos élans de vie.

Practicability s’affirme au féminin. C’est un quartet de femmes : Quatre danseuses

Durée : 1h00

Chorégraphie : Maria Jesus Sevari

Danseuses : Juliette Morel, Yasminee Lepe, Elizabeth Schwartz et Maria Jesus Sevari

Inspiration littéraire : Turner, Peindre le rien de Lawrence Gowing

Photo : Laurent Paillier

Scénographie 3D : Gabriel Tapia Stocker

Costumes : Caroline Witzmann

Graphique : Pablo Labarca

Musiques : In a lanscape et First Construction in Metal de John Cage, Safari de J. Balvin,

Sube a nacer conmigo hermano Los Jaivas, Magenta Riddim de DJ Snake, Lacrimosa – Requiem de Mozart, Ach Gott, wie manches Herzeleid : III Aria de Bach, Diffrent trains, Electric couterpoint de Steve Reich, Vexations de Satie, Grande messe des morts – Requiem de Berlioz, Masekd Ball de Jocelyn Pook, Chant chamanique n° 1 et 19 de Lola Kjepja

 

Les résidences

Coups de pouce


Entrez dans la danse

TOUCHÉ

BE.GIRL

Résidences annuelles


Bouillir le vide

Pas de promesse aujourd’hui

Nouvelles traces baroques

Les statues meurent aussi

ELECTRON

En relation à l’autre

Seul(e). Les Oiseaux / Ateliers de composition autour du travail de Nans Martin / 400

Qui a peur du Rose ?

Prévisions chorégraphiques

Ethnoscape

Résidences d'interprètes


3 Reflets

des îles

Album de chorégraphies

La Ménagère

MMDCD

De si loin, j’arrive

L’inconséquente

Résidence interprète M.Schruoffeneger

Alien

A-Tique

Duende

Espéranto

Edmonde et autres saint(e)s

Accompagnements spécifiques


Les Planètes

Les Confessions

À travers (Le bruit de la pluie qui tombe)

INTIMITEITEN

Création solo (titre provisoire)

Interstitium

Vacarmes

IRIS : une anatomie de la voix

Infernal

Practicability

Muages

ˈstɔːriz

Mon vrai métier, c’est la nuit

N’ayez pas peur !

« Très loin, à l’horizon » (titre provisoire)

Score #1 Récital [Bach to Boulez]

Cercle égal demi cercle au carré

Tillandsia

MAINTENANT, OUI

FENOMENO

Skyline

Slow Torments – L’Homme au Coin

INSTANTANÉS #1 Anne-Flore de Rochambeau

Les éternels

À travers

Pourquoi ne sais-tu pas marcher dans la neige ?

BPM

ANNA

Le Triomphe d’Icare

Dès Keuy

A Taste of Ted

Holy

Kiss and Cry

Anatomie du Silence

D’usage

Dans la gamme d’une vague

INMOST

Low Cost

Migrant is my name

Feu langage !

Men’s day
Minute papillon
Titre en cours

Aulbinor

F(R)AME

Les Corps Mous #2

Triptyque : Entrelacs, Catharsis, Cosmos

Initio, Opéra chorégraphique pour 5 danseurs et 1 chanteur

Les prochaines échéances

RÉsidence annuelle

Pas de dépôt de dossiers pour des résidences annuelles en ce moment

 

Accompagnement SPÉCIFIQUE /  RÉSIDENCE D’INTERPRète

Pour déposer une demande de résidence d’interprète et d’accompagnement spécifique il faut déposer le dossier 5 mois avant la période d’accueil demandée.

3 dates butoirs : 30 janvier / 15 mai / 30 septembre

Toute compagnie accueillie en résidence doit s’acquitter des droits d’adhésion à l’association de 30 euros.

Postuler

Comment postuler ?

Dossier résidence annuelle

Dossier Accompagnement spécifique interprète