Édition

Collection Chefs-d’œuvre de la danse

coédition micadanses-Paris / Nouvelles Éditions Scala

Dirigée par Philippe Verrièle, la collection Chefs-d’œuvre de la danse est consacrée à ces œuvres qui ont joué un rôle essentiel dans l’histoire de la danse. Chaque volume constitue une introduction de référence à une œuvre, replacée dans son contexte historique et esthétique, et dans le parcours général d’un chorégraphe majeur. Les premiers titres sont consacrés à des chorégraphes contemporains (même si certains peuvent être déjà disparus), mais toutes les époques ont vocation à être représentées dans la collection. ll s’agit avant tout de donner à des lecteurs l’envie et les outils pour comprendre et aimer la danse.
▶︎ communiqué de presse

VOLUME 1

Giselle – Mats Ek

Textes : Agnès Izrine ; introduction : Philippe Verrièle

→ Lorsque le chorégraphe suédois Mats Ek s’empare de Giselle et en donne sa version revisitée, le ballet, depuis son triomphe de 1841, sa quasi-disparition puis sa redécouverte, est une telle référence de la danse romantique qu’il en décourage les relectures. Le chorégraphe suédois, nourrit de danse moderne, en fait un drame intime et provoquant. Et Giselle redevient une œuvre incontournable, présente aujourd’hui au répertoire des grandes institutions de la danse…

Critique, rédactrice en chef de Danser Canal Historique, Agnès Izrine décode ce qui, pour être évident dans ce Giselle, mérite pourtant d’être souligné.

12€. en vente sur Place des libraires

VOLUME 2

So Schnell – Dominique Bagouet

Textes : Raphaël de Gubernatis ; introduction : Philippe Verrièle

→ À la fin des années 1980, qui ont vu l’affirmation de la Jeune Danse française comme mouvement esthétique majeur, Dominique Bagouet livre avec So Schnell une pièce intime, universelle et bouleversante. Mais cette œuvre, dont la finesse de composition et la maîtrise signent le sommet d’un mouvement artistique, annonce aussi un peu sa fin. Reste que So Schnell a ainsi offert à la Jeune Danse française un classique… qui sera d’ailleurs repris par l’Opéra de Paris. Après la disparition précoce du chorégraphe, cette pièce, considérée comme une œuvre majeure de la danse contemporaine, a été fréquemment remontée.

Fameux critique du Nouvel Observateur, Raphaël de Gubernatis est un intime de l’œuvre de Bagouet dont il connaît tous les détails.

12€. en vente sur Place des libraires

VOLUME 3

Blue Lady – Carolyn Carlson

Textes : Joëlle Vellet ; introduction : Philippe Verrièle

→ Carolyn Carlson admet volontiers que Blue Lady et plus largement son art du solo constituent une part importante de son identité. Et, de fait, en 1983, ce grand solo autobiographique, miroir de la chorégraphe, alors figure incontournable de la danse contemporaine en ces années 1980, fit l’événement et eut une influence considérable. Mais ce solo représente beaucoup plus que cela ! La reprise par le danseur finlandais Tero Saarinen, en 2008, a confirmé que cette œuvre portait un message universel qui dépasse l’aura pourtant considérable de Carlson ! Au-delà du solo, une réflexion sur le monde.

Joëlle Vellet, maîtresse de conférences honoraire en danse, est membre du laboratoire CTELA de l’Université Côte d’Azur.

12€. en vente sur Place des libraires

VOLUME 4

May B – Maguy Marin

Textes : Martine Maleval ; introduction : Philippe Verrièle

→ Plus de quarante ans de carrière ininterrompue, des centaines de représentations, un parcours mondial :
May B de Maguy Marin postule au grade de classique de la danse du XXe siècle. Pourtant, l’œuvre et son auteur ne font toujours pas – et ne le veulent surtout pas – consensus. Depuis 1981, qu’on la découvre ou la connaisse déjà, May B reste un choc.
Parce que Beckett y est tout entier dans tout son abîme, parce que sa forme chorégraphique possède l’évidence d’une épopée universelle, parce que tout pousse à s’y identifier et que cela est insupportable, May B brûle toujours. Mais quels sont les ressorts de cette œuvre singulière qui n’en finit pas de proclamer «ça va finir»?


Martine Maleval, maîtresse de conférences (Théorie des Arts contemporains) et membre de l’équipe de recherche Écritures (EA 3943) à l’Université de Lorraine, écrit sur les arts vivants (danse et cirque contemporains, art et espace public, art et politique…)
12€. en vente sur Place des libraires


éditions du soir
le rendez-vous de l’édition en danse

Ce rendez-vous dédié à l’édition met sur le devant de la scène un thème cher à micadanses. Feu le salon de l’édition en danse, vive les éditions du soir : trois rendez-vous par an consacrés à des livres sortis récemment associant rencontres et performances live.

ÉDITIONS DU SOIR #1 – 15 MARS 2022

  • Composer en danse, d’Yvane Chapuis, Myriam Gourfink, Julie Perrin, Les Presses du réel
  • Une parole libre en dansede Christine Gérard et Mélanie Papin, Ressouvenances 
  • Sylvain Groud, un ostéopathe social, Éditions Riveneuve 
  • Manuel pour danser une danse immense et rouge, de Christine Graz (lasdada), Le Serre de Doux

ÉDITIONS DU SOIR #2 – 13 AVRIL 2023

  • Collection Chefs-d’œuvre de la danse – volumes 1 et 2
  • Uterpan – Annie Vigier et Franck Apertet, Flash Art
  • Danser l’imprévu, Une lecture politique et sensible des cahiers de Vaslav Nijinski, Madeleine Abassade, Les presses du réel
  • Les 100 mots de la danse, Geisha Fontaine, PUF, collection Que sais-je ? (réédition)

+ d’infos


les 20 ans du festival Faits d’hiver

Plus qu’une simple liste, construit à partir de 27 témoignages relatant 26 soirées de Faits d’hiver depuis sa création en 1999, le livre appelle les souvenirs de ces spectateurs professionnels ou pas, jouant de leur mémoire partielle, précise, sautillante, parfois rêvée, des spectacles, des corps en scène… Il s’y tisse une réflexion sur ce qui fait la danse dans le temps, sur sa prétendue allégeance à l’éphémère.

De plus, bien rythmé de nombreuses photographies, l’ouvrage distille 26 encadrés qui sont autant de rebonds vers des thématiques générales de la danse contemporaine : quels formats des spectacles, quid de la narration, quelle influence japonaise, la musique en direct, l’aspect sociologique, la présence des amateurs, la composition chorégraphique…

Enfin, le festival se dessine dans son orientation géographique, un festival de danse à Paris, à la rencontre de nombreux partenaires de diffusion (35 !), ses choix artistiques, son ampleur et son développement (183 chorégraphes accueillis). Le titre Paris danses d’auteurs concrétise aussi l’engagement de Faits d’hiver à défendre une danse signée, composée, originale : pari danses d’auteurs.

160 p. / 25€ / Nouvelles éditions Scala. en vente sur Place des libraires


les éditions micadanses

Avec l’aide de la fondation Beaumarchais – SACD, micadanses a organisé de 2006 à 2016 des résidences de chorégraphes-auteurs et publie régulièrement des ouvrages de danse.

  • 2016 : CARNETS DE CHORÉGRAPHES tome 2 – Patrick Bonté, Jean-claude Gallotta, Bernardo Montet
  • 2014 : Danser en mai 68 avec l’Université Paris 8 et Carnets de chorégraphes tome 1 – Yvann Alexandre, Jean-Christophe Boclé, Myriam Gourfink, Peerine Valli, avec la fondation Beaumarchais.
  • 2012 : La Reine écrit – Andrea Sitter
  • 2011 : Journal d’un danseur – Frédéric Werlé
  • 2010 : Des textes qui dansent – Georges Appaix, Charles Cré-Ange, Fabrice Dugied, Denis Plassard, Andrea Sitter
  • 2009 :  – Geisha Fontaine (épuisé)
  • 2008 : Tu es le danseur – Geisha Fontaine (épuisé)
  • 2007 : Un art indécomposable – Daniel Dobbels (épuisé)
  • 2006 : Des gestes non mortels – Daniel Dobbels (épuisé)

Les éditions micadanses sont disponibles gratuitement sur demande.