Résidence annuelle

Aurélie Berland

Les statues meurent aussi

2019

« C’est que le peuple des statues est mortel. Un jour, nos visages de pierre se décomposent à leur tour. Les civilisations laissent derrière elle ces traces mutilées, comme les cailloux du Petit Poucet. Mais l’histoire a tout mangé. Un objet est mort quand le regard vivant qui se posait sur lui a disparu. » Chris Marker.
Chris Marker

Les statues meurent aussi emprunte son titre au film de Chris Marker, introduit par cette citation. Le regard non résigné de cette sentence de disparition à ce qui semble immortel, invite à une lecture critique et sensible sans cesse renouvelée des forces et des récits que véhiculent ces traces décontextualisées, exposées aux intempéries de l’histoire.

Par son appropriation créative du magma des archives partitionnelles de la danse moderne allemande, Aurélie Berland suscite avec Les statues meurent aussi la cristallisation de formes inédites et de gestes redécouverts témoignant de l’histoire du corps et de ses échos dans notre mémoire ainsi attisée – mémoire tant individuelle que collective, dont cette collection particulière de danses et d’exercices actualise les lignes claires et les perspectives qu’elles dessinent à travers le temps.

Un trio à partir des recherches de Rudolf Laban (1879-1958) et Irmgard Bartenieff (1900-1981) précède un solo qui traverse des exercices de gymnastique rythmique de Dorothee Günther (1896-1975) et un duo, enfin, se déploie à partir d’études de Gundel Eplinius (1920-2007), élève de Mary Wigman (1886-1973). »

 

 

 

Les résidences

Résidence Danse Dense

Storiz

Résidence Ville de Paris

Aurélie Berland
Suite P

Résidence annuelle

Martine Pisani
Bouillir le vide
Sophie Bocquet
Pas de promesse aujourd’hui
Bruno Benne
Nouvelles traces baroques
Aurélie Berland
Les statues meurent aussi
Raphaël Soleilhavoup
ELECTRON
Mélanie Perrier
En relation à l’autre
Nans Martin
Seul(e). Les Oiseaux / Ateliers de composition autour du travail de Nans Martin / 400
Françoise Tartinville
Qui a peur du Rose ?
Myriam Gourfink
Prévisions chorégraphiques
Cécile Proust
Ethnoscape / Cécile Proust

Résidence interprète

Karima El Amrani
Album de chorégraphies
Rebecca Journo
La Ménagère
Christine Armanger
MMDCD
Julie Salgues
De si loin
Carole Quettier
L’inconséquente
Marie Schruoffeneger
Résidence interprète M.Schruoffeneger
Pauline Tremblay
Alien
Sophie Blet
A-Tique
Aurélia Jarry
Duende
Gwen Rakotovao
Espéranto
Christine Armanger
Edmonde et autres saint(e)s

Accompagnements spécifiques

Valentine Nagata-Ramos
BE.GIRL
Séverine Rième
IRIS : une anatomie de la voix
Laetitia Arnaud
Infernal
Maria Jesus Sevari
Practicability
Nadia Larina
Muages
Joachim Maudet
ˈstɔːriz
Jeanne Alechinsky et Yohan Vallée
Mon vrai métier, c’est la nuit
Christine Hassid
N’ayez pas peur !
Alexandre Fandard
« Très loin, à l’horizon » (titre provisoire)
Nina Vallon et Aurélien Richard
Score #1 Récital [Bach to Boulez]
Chantal Loïal
Cercle égal demi cercle au carré
Anne Perbal
Tillandsia
Gaël Sesboüé
MAINTENANT, OUI
Laura Simi
FENOMENO
Santiago Sempere
Skyline
Vincent Lacoste
Slow Torments – L’Homme au Coin
Christian et François Ben Aïm
INSTANTANÉS #1 Anne-Flore de Rochambeau
Gilles Verièpe
Les éternels
Olivier Bioret
À travers
Nicolas Turicchia
Pourquoi ne sais-tu pas marcher dans la neige ?
Rémi Esterle
BPM
Laura Arend
ANNA
Sébastien Thill et Debra Shannon
Le Triomphe d’Icare
Mathieu Hernandez
Dès Keuy
Maud Pizon et Jérôme Brabant
A Taste of Ted
Shlomi Tuizer
Holy
Nedjma Merahi
Kiss and Cry
Maxence Rey
Anatomie du Silence
Solène Bossu
D’usage
Rafael Alvarez / BODYBUILDERS
Dans la gamme d’une vague
Anthony Couroyer, Camille Lélu et Vivien Letarnec
INMOST
Raphaël Soleilhavoup
Low Cost
Peter Nkoghé
Migrant is my name
Olivia Lioret
Feu langage !
Maria Montero
Men’s day
Minute papillonCatherine Berbessou
Titre en cours
Camille Cau
Aulbinor
Erika Zueneli
F(R)AME
Vincent Lacoste
Les Corps Mous #2
Veronika Akopova
Triptyque : Entrelacs, Catharsis, Cosmos
Tatiana Julien
Initio, Opéra chorégraphique pour 5 danseurs et 1 chanteur

Les prochaines échéances

Residence annuelle

Date limite dépôt des dossiers  : 15 juin 2018

Accompagnement / INTERPRète

Pour déposer une demande de résidence d’interprète et d’accompagnement spécifique il faut déposer le dossier 5 mois avant la période d’accueil demandée.

Toute compagnie accueillie en résidence doit s’acquitter des droits d’adhésion à l’association de 30 euros.

Postuler

Comment postuler ?

Dossier résidence annuelle

Dossier Accompagnement spécifique interprète