Juliette Juin et Moussa Kanté

Juliette Juin, artiste chorégraphe, pédagogue du mouvement
Elle découvre et étudie la danse d’expression africaine dans la compagnie One Step d’Elsa Wolliaston dont elle sera l’assistante et l’interprète (2001-2005). Diplômée du Monitorat de danse afro-américaine de l’école Free Dance Song elle étudie les liens entre la musique et la danse ouest-africaines, particulièrement au Mali avec Mariamni Diarra et Moussa Kanté. Elle pratique également l’improvisation accompagnée de musicien avec Yumi Fujitani, Olivier Besson et Mike Vargas, Cécile Loyer et Joelle Léandre, Robyn Orlin, Andrew Morrish et participe à l’atelier de recherche Théâtre et Danse « La présence et l’agir » d’Alexandre Del Perugia en 2009. Elle pratique le théâtre aux ateliers de Clémentine Amouroux depuis 2014 création en cours « Résistance ». Elle interprète et chorégraphie en collaboration avec d’autres champs artistiques : le conte avec Laëtita Bloud, la danse et le chant africains avec la compagnie Kellebellavi de Manu Sissoko, la danse noire du Brésil avec Fanny Vignals, le théâtre-danse avec Clémentine Amouroux.
Depuis 1999, elle transmet et partage la passion des danses africaines et de l’improvisation, avec des cours, des stages, des bals afro, des afro flashmob’ et des spectacles sur mesure pour tout type de public principalement pour l’association Pilipili avec 10 ans de collaboration dans les centres de vacances de la CCAS (EDF) avec le projet « Danser en famille », et des actions culturelles en Ile de France (UFCV, Ateliers bleus de la Ville de Paris, Ligue de l’enseignement, centres de loisirs etc.).

Moussa Kanté, musicien, chanteur et danseur
Originaire de Kayes (Mali), Moussa est un passionné de l’art khassonké de sa région. Il joue le jeli dundun, danse, chante et joue de la guitare. Il explore le répertoire traditionnel khassonké avec créativité. Il fonde en 2004 la troupe « Les niamakalas du Khasso », qui présente un spectacle de musiques et danses de la 1ère région du Mali (Kayes).Moussa est un artiste complet, passionné et passionnant sachant retransmettre son amour de l’art khassonké avec pédagogie. Au Mali, de Bamako à Kayes, il forme de nombreux danseurs et musiciens venus d’Europe et d’ailleurs avant de venir jouer et transmettre en France dès 2012. En 2016, il créé l’association Sini gnasigo soucieux de promouvoir la culture khassonkée en France.