Présentation/dédicace du livre de PETER GOSS « Never stop moving »

Peter Goss

Vendredi 30 mars 2018 à 19h - Studio May B

Présentation/dédicace du livre de PETER GOSS, Never stop moving, publié aux Éditions de l’Attribut, collection Culture Danse.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Réservation à patrick.germain.thomas@orange.fr

Peter Goss est né en Afrique du Sud, dans une famille issue de l’importante vague d’immigration juive du début du xxe siècle. Révolté par les conséquences humaines de l’apartheid – une réalité qui le touche de près car son père est avocat et défend les Noirs comme les Blancs –, il quitte ce pays pour l’Europe vers la fin des années 1960. Les nannies africaines qui l’entourent dans son enfance jouent un rôle capital dans son éducation, tout autant que sa famille et l’école judaïque dans laquelle il fait ses études secondaires. Ce double ancrage culturel – la religion juive et le panthéisme africain – explique le caractère fondamentalement spirituel de sa quête artistique.

Il s’installe d’abord en Grande-Bretagne où il poursuit parallèlement des études de droit – pour répondre à la demande de son père – et une formation en danse jazz avec Molly Molloy, une star anglaise de la comédie musicale. Remarqué par Lester Wilson – le chorégraphe du célèbre film Saturday night fever –, il est embauché dans sa troupe et participe à des tournées internationales. Face aux difficultés qu’il rencontre pour travailler en Grand-Bretagne – car un puissant syndicat professionnel refuse l’accès à l’emploi aux ressortissants sud-africains –, il s’installe à Paris au début des années 1970. Il enseigne la danse jazz et son cours remporte un tel succès que des producteurs lui demandent de réaliser des chorégraphies pour la télévision.

Pendant cette période il continue sa formation chorégraphique, principalement aux Etats-Unis, où il se rend régulièrement, plusieurs mois par an, pour prendre des cours de façon intensive. Sans aucune discrimination, il pratique la danse jazz, le classique et le contemporain, dont il a expérimenté la plupart des techniques – en particulier, Martha Graham, Doris Humphrey, José Limon. La danse de Peter Goss s’oppose à tout dogmatisme, elle revendique avant tout la notion de métissage, une traversée personnelle d’une très grande diversité d’expériences, permettant au danseur de construire sa propre approche du mouvement, toujours de façon évolutive, sans jamais resté figé dans une technique ou un style hégémonique.

Progressivement, Peter Goss passe du jazz et du show business à la danse contemporaine. Il crée ses premiers spectacles pour la scène Sanctus et People – au Festival du Marais et à l’Espace Cardin –, et sa propre compagnie de danse contemporaine, en 1974. Entre cette date et 1993, il crée chaque année de nouvelles pièces, qui remportent d’importants succès publics, dans des lieux prestigieux – les théâtres des Champs-Elysées, de la Porte Saint-Martin, des Bouffes du Nord, des Amandiers de Nanterre, par exemple. Entre 1986 et 1992, la compagnie est en résidence au Théâtre Paul Eluard de Choisy-le-Roi. Ces activités de création vont de pair avec l’enseignement, Peter Goss ouvre sa propre école au début des années 1980, rue des Petites-Ecuries, et il y dispense quotidiennement son enseignement, pour les danseurs de sa compagnie mais aussi pour d’autres professionnels ou amateurs « éclairés ». Il conçoit la chorégraphie comme un travail collectif, non seulement dans sa relation avec les danseurs, mais aussi dans des collaborations artistiques au long cours avec des musiciens, des scénographes et les éclairagistes. Marquée par les cultures juive et africaine et nourri de la lecture des auteurs de la Beat Generation, l’œuvre de Peter Goss reste dans les mémoires pour sa beauté plastique, sa force spirituelle et sa quête constante d’unité entre toutes les composantes du spectacle : l’interprétation, la musique et la scénographie. Il a toujours accordé une priorité absolue au travail de la danse, à distance des modes et des jeux d’influences du milieu professionnel. Peut-être cela explique-t-il les importantes difficultés qu’il a rencontrées pour financer son travail de création, malgré l’adhésion du public. Ces difficultés l’entraînent à fermer la compagnie en 1993.

Depuis cette époque il se consacre exclusivement à la pédagogie. Entre 1991 et le début des années 2010, il enseigne la danse contemporaine au Conservatoire national de musique et de danse de Paris, tout en poursuivant son activité au sein de sa propre école. Il participe à la construction d’un cursus en danse contemporaine au sein de cette institution et y apporte toute l’étendue de sa connaissance des techniques du corps, non seulement des styles de danse mais aussi d’une très grande diversité de méthodes somatiques. Il développe également un enseignement du vinyasa yoga très en mouvement, enchaînant les postures de façon fluide et dynamique. Il n’a jamais cessé d’expérimenter de nouvelles techniques, considérant que l’on ne peut véritablement enseigner que ce que l’on est en train de chercher pour soi-même. Les méthodes somatiques et le yoga impliquent une forme d’attention et de concentration, une conscience du corps capitale pour le danseur, qui accorde son corps comme un musicien accorde son instrument. Mais, pour Peter Goss, cette conscience intérieure de la résonance corporelle de chaque action va de pair avec la fluidité, la dynamique et l’expressivité du mouvement. Il conçoit avant tout la danse comme un art scénique, et il demande à ses élèves d’être les véritables acteurs de leur formation, de trouver leur propre cheminement imaginaire à partir de ses propositions.

Une vision d’ensemble du parcours d’artiste de Peter Goss fait apparaître une exceptionnelle cohérence. Cohérence entre les mots et les actes d’un créateur et pédagogue en continuelle recherche, qui abolit les frontières entre les styles et les mondes. Il propose une synthèse d’une richesse incomparable entre des domaines trop souvent perçus comme cloisonnés : les mondes de la danse jazz, de la comédie musicale et du show business, l’univers du ballet académique et des techniques classiques, la création chorégraphique contemporaine. Il revendique, sans aucune concession ni complaisance, la dimension spirituelle de sa quête artistique et la possibilité d’élaborer et de faire entendre la parole libre du corps.

Micadanses

15, 16 et 20 rue Geoffroy l'Asnier
75004 Paris

Plan d'acès Micadanses

Facebook Twitter Vimeo

Nos soutiens

Mairie de Paris
Ministère de la culture Adami Paris Réseau Danse