Journées de réflexion 2017 avec la compagnie Pedro Pauwels

mardi 22 et mercredi 23 novembre
de 14h00 à 18h00

Tables rondes
de la Biennale nationale de photographie
de danse / mouvement capturé.

La Compagnie Pedro Pauwels vous invite à l’un des rendez-vous de cette manifestation initiée en 2013, dans le Limousin, et qui a pour objectifs de rendre accessibles à tous des oeuvres reconnues internationalement, d’encourager les photographes régionaux ainsi que de développer un vaste programme d’actions culturelles dont des tables rondes thématiques réunissant artistes, acteurs culturels, critiques et chercheurs.

triphase4eclaircie2
Elizabeth Prouvost

Mardi 22 novembre

Introduction de Pedro Pauwels.
Pourquoi une telle « Biennale nationale de  photographie de danse / mouvement capturé » ?

Nouveaux usages, nouvelles pratiques.
(Médiation : Philippe Verrièle).

La crise de la presse et la quasi-disparition des magazines de danse ont profondément changé le quotidien des photographes.
Cause autant que conséquence de ces changements, de nouveaux usages et pratiques sont nés de la vente directe de photos sur internet, des blogs, du recours généralisé à des services comme Flickr ou à des réseaux sociaux comme Instagram.
Les usages commerciaux, les interlocuteurs, les modalités de diffusion, les formes de rémunération, tout a changé. Il est impossible d’avoir une vision exhaustive de l’ensemble de ces changements, mais, néanmoins, il importe d’en être conscient et de s’interroger sur la nature de ce qui se joue, en s’attachant à donner, d’abord, la parole, aux principaux intéressés : photographes et chorégraphes.

Témoignages d’artistes sur leur pratique actuelle liée à la photographie et ses réalités,
avec :
Laurent Paillier (photographe)
Jean-Gros Abadie (photographe)
Quentin Chevrier (photographe)
Karine Saporta (chorégraphe)
Anne Perbal (chorégraphe)
Denis Plassard (chorégraphe).

Débat avec le public.

Mercredi 23 novembre

Une photographie sans photographe ?
(Médiation : Philippe Verrièle).

Vers une photographie sans photographe ? Si tant est que la photographie de danse existe, ce qui peut être sujet de questions, la pratique actuelle des réseaux ne tendrait-elle pas à effacer le photographe comme auteur ? Et  – le sujet étant prédominant et déjà débattu entre chorégraphe et interprètes – le photographe sera-t-il amené à disparaître, devenant un prestataire de l’œuvre, mentionné comme en passant, à l’égal de l’éclairagiste ou du costumier.

Table-ronde,
avec
Laurent Philippe (photographe)
Jessica Piris (Paris VIII)

Catherine Zavodska ( DanseAujourd’hui)
Agnès Izrine (DanserCanalHistorique)
Michèle Debat (Paris VIII)

 

Débat avec le public