Harris Gkekas

Harris Gkekas est originaire du mont Olympe. 
Il quitte la Grèce à 13 ans pour suivre l’enseignement de Daniel Lommel à Bourges et obtient une bourse de la Fondation A.Onassis. Son parcours professionnel débute à 17 ans avec la compagnie «Aenaon».

Il intégrera par la suite le Jeune Ballet International, le Ballet de l’ Opéra du Rhin, le Grand Théâtre de Genève et celui de l’Opéra de Lyon, assurant des rôles de soliste ainsi que de nombreux rôles-titre. Il y reprend des pièces de William Forsythe, Jiri Kylian, Alain Buffard ou encore Mats Ek, Merce Cunnigham, Trisha Brown, Dominique Bagouet, Saburo Teshigawara, Lucinda Childs, parmi d’autres. Les créations avec Catherine Diverrès, Maguy Marin, Ralph Lemmon, Félix Ruckert, Otto Ramstad, Christian Rizzo, le poussent à initier sa propre recherche.

En 2015 il fonde la compagnie Strates et y développe ses premiers travaux, Yond.Side.Fore.Hind, VWA, Mille présentés entre autres aux Subsistances de Lyon, à KLAP Maison pour la danse à Marseille et à l’Abbaye de Royaumont. Parralèlement il participe aux créations de Catherine Diverrès Dentro et Blow the Bloody Doors Off, reprend le Syndrome Ian de Christian Rizzo, crée Leçons de ténèbres avec Yves Noël Genod, New Landscape avec Hervé Robbe, et répond aux commandes chorégraphiques du CNSMD de Lyon, du CAD de Châteauroux, de l’UCLY de Lyon.

En 2017 il participe à Dialogues 2 (cursus entre la Fondation Royaumont, le CNSMD de Paris et le CNDC d’Angers) en tant que chorégraphe. Son travail à l’intérieur de Strates, comme le nom de la compagnie le suggère, est la résultante d’une suite de transformations, collisions, réharmonisations. Il tend vers un espace favorable à l’immersion du spectateur, et au déploiement actif de son regard. Son écriture s’emploie à l’expérience du fragment. Il y a dans l’agencement des fragments, la tentative d’en préserver la vibration originelle et laisser entendre leur murmure. Cette parole dansée évoque sans hiérarchie, l’immense, l’infime, le gauche, l’instinctif, le primaire ou le fini.

Par une approche cérébrale tout appliquée à la compréhension concrète du corps en mouvement, Harris Gkekas tente d’élucider, pour lui comme pour le spectateur, l’impénétrable mystère de l’être dansant. Après une première exploration en solo, incarnée, ciselée et virtuose, il revient en résidence à KLAP pour finaliser et créer Plateaux dans le cadre festivalier de QUESTION DE DANSE 2018. Un interprète remarquable devient auteur : cet axe de regard suggéré par Michel Kelemenis trouve l’adhésion de la Fondation Cléo Thiberge Edrom, qui accompagne Harris Gkekas pour la structuration de son projet de compagnie.