Erika Zueneli

photo-erika-bar

Née à Florence, de formation classique, Erika Zueneli fréquente à New York les écoles d’A. Nikolais et M. Cun- ningham tout en dansant en Italie avec la Cie Imago, An- drea Francalanci (danse de la Renaissance) et quelques Opéras avec L. Ronconi, L. Bussotti, D. Jarman, Lindsay Kemp…

Entre la France et la Belgique depuis 1992, elle participe aux Cérémonies d’Albertville avec Philippe Découflé, puis intègre la Cie Santiago Sempere (1992-2003), travaille également pour Alain Abadie, Joseph Nadj, Cie. Silenda, le cirque Les Colporteurs, Katalin Patkaï. Elle rencontre la Cie Mossoux-Bonté en 1995 avec qui elle entame une longue collaboration jusqu’en 2011 avec la pièce Migrations. Au sein de la Cie elle accompagne des actions pédagogiques comme la transmission de la pièce Génération auprès d’un groupe d’amateurs en 2011 dans le cadre de « Première scène » organisé par le CDC de la Briqueterie.

En 1997-98 elle crée les solos Frêles Espérances et Ashes et fonde la compagnie LYeuse en 2000 avec Olivier Renouf. Très active sur la scène belge, elle fonde lASBL/ Tantamati.

A son actif : quelques 10 créations, qui portent l’empreinte de confrontation des langages artistiques et d’une recherche axée sur l’intimité, le trivial et le quotidien. Au travers de ses créations, elle poursuit avec délicatesse un travail d’observation de la façon dont l’être humain noue ou dénoue ses relations à l’autre, s’y perd ou s’y retrouve. L’humour et la dérision fait partie intégrante d’une approche qui se veut à la fois sensible et corrosive.

C’est entre l’Italie, New‐York, la France et la Belgique, qu’Erika Zueneli a développé son travail de chorégraphe auprès notamment de figures majeures comme A. Nikolais, M. Cunningham, J. Nadj ou encore S. Sempere et particulièrement en Belgique avec la compagnie Mossoux‐Bonté dont les collaborations sont nombreuses depuis 1996.
Elle crée sa propre compagnie « L’Yeuse » en 2000, à Paris, avec Olivier Renouf avec qui elle développe une collaboration importante. Très active sur la scène belge, elle décide de fonder en 2008 une structure à Bruxelles.
À son actif, quelques dix créations qui portent l’empreinte de la confrontation des langages artistiques et d’une recherche axée sur l’intimité, le trivial et le quotidien. À travers ses créations, elle poursuit avec délicatesse un travail d’observation de la façon dont l’être humain noue ou dénoue ses relations à l’autre, s’y perd ou s’y retrouve. L’humour et la dérision font partie intégrante d’une approche qui se veut à la fois sensible et corrosive.

Créations : Noon (2000), Les cieux ne sont pas… (2002), High noon (2003), Sarà Sara (2004), Partita‐s (2005), Daybreak (2007), Time out (2007), In‐contro/ Incontri (2009/10), Tournois (2010), Varieazioni (2011), OR(2) (2013), Tant’amati (2013/14), Vai e passa (2016).
La création TANT’AMATI a eu le Prix de la Critique Théâtre et Danse 2013‐2014 pour le Meilleur spectacle de danse.

Présentation publique

F(R)AME

Résidence

F(R)AME