Christine Armanger

13 octobre : Premier cri, bientôt suivi de milliers d’autres. Mes parents me prénomment Christine
Nathalie Claude.
1992 : Costumée en fraise, je gagne le concours de déguisement au carnaval de l’école (même si
on dirait une tomate).
1995 : J’aime tellement la danse classique que je veux devenir petit rat de l’Opéra. Mais avec une
luxation congénitale de la hanche droite, ma carrière est compromise.
1997 : Au collège, j’ai quasiment lu tous les livres du CDI où je passe mes récréations. Je rêve
d’être publiée aux Éditions de Minuit ou à la NRF, parce que je trouve les couvertures belles.
1998 : Anne Frank me passionne et provoque en moi le désir du journal intime. Petite Unica Zürn,
je commence à correspondre avec mon double en anagramme : Ghrasite N’Cerminare.
1999 : Je laisse tomber Ghrasite. Mon nouvel interlocuteur est la souris Diddl, avec qui je m’entretiens
consciencieusement, tous les soirs, pendant 7 ans. Un jour, j’arrête, net.
2002 : J’étudie en arts du spectacle, Racine m’inspire Esther, l’intellectuelle juive. Je me présente
sous ce nom, ou alors en Christine/Esther. Mes amis se mettent à m’appeler Slash.
2007 : Alors que je débute une thèse sur l’auteur Edmond Fleg, je donne naissance à Edmonde
Gogotte, mon alter-ego virtuel avec qui on me confond fréquemment. Ça me fait beaucoup rire.
Parfois ça m’ennuie.
2009 : En strip-teaseuse burlesque, j’opère sous le nom de Belladonna LaPoison, et lui crée un
compte Facebook.
2010 : On me prend souvent pour Cécile Cassel, ou plus absurde encore, pour Lana Del Rey. Je
démens et je boude.
2011 : Je rédige les premières notes de mon futur personnage enfantin transgressif, Sophie, que
je mettrai en scène 3 ans plus tard.
2012 : Edmonde Gogotte s’étaye, je débute un album hommage à Cindy Sherman : « Impersonating
Edmonde Gogotte ».
2013 : Isabelle du Portugal prend corps au sortir d’un tournage.
2014 : J’apprends à me servir de Photoshop et je crée “le même Gogotte”, que je commence à
déployer dans des photomontages.
2015 : Edmonde Gogotte migre vers Instagram.

Chorégraphe et performeuse, Christine Armanger a travaillé avec Laurent Bazin, Noémie Fargier,
Joachim Salinger, Katalin Patkaï, Alex Cecchetti, Majida Khattari, Marion Camy-Palou et s’est
formée auprès de Romeo Castellucci, Jan Fabre, Yves-Noël Genod, Ambra Senatore, Gisèle
Vienne, Béatrice Massin.
En 2012, elle fonde la [Compagnie Louve] avec laquelle elle crée ses propres pièces chorégraphiques
et plastiques.